17 janvier 2013

Du chantage de bas niveau

Le maire de Québec s’est d’abord fait élire en promettant un nouvel amphithéâtre en compensation d’une majorité forte au conseil de ville. Par la suite il a fait du chantage de bas niveau en imposant aux citoyens le moulin à image de Robert Lepage durant 5 ans en contrepartie de la venue du cirque du soleil.

Il va de soi que pour ne pas avoir trop de battons dans les roues quoi de mieux que de faire peur aux employés en spécifiant qu’il voulait être craint par ses employés. D’ailleurs sa déclaration de tolérance zéro avec toute personnes qui s’opposent à ses idées en les attaquant en justice avait donné ses règles de peur.

Son tout dernier épisode de chantage vient de survenir lorsqu’il annonce publiquement aux syndiqués de la ville qu’il n’y aura pas de négociation ni de signature de convention tant que le problème du déficit des régimes de retraite ne sera pas réglé.

Monsieur Labeaume gérer une ville avec du chantage n’est pas une façon efficace et encore moins élégante pour se faire des alliés.