27 octobre 2016

Donner au suivant

Souvenons-nous qu’en 2014 sous un thème les vraies affaires libérales les électeurs ont choisis les libéraux pour gérer le Québec. Faisant ni 1 ni 2 le premier ministre Philippe Couillard a alors pris les rennes en annonçant des coupures de 3,7 milliards $ qui se sont concrétisées par des hausses de tarifs et de taxes.
surplus
Deux ans plus tard le même gouvernement annonce des investissements de plus de trois milliards sur 3 ans et je suis persuadé que les montants les plus élevés arriveront en 2017-2018 l’année précédant les élections. Pourquoi de tels scénarios apocalyptiques pour nous enlever d’une main et redonner de l’autre sous une tout autre forme?

Est-ce qu’il se pourrait, monsieur Couillard que vous ayez trop coupé et que les Québécois aient trop donné? D’ailleurs la protectrice du citoyen inscrivait dans son rapport 2015 que les compressions budgétaires massives imposées par le gouvernement au nom d’une atteinte rapide du déficit-zéro frappent aussi les services publics et les personnes les plus vulnérables de la société québécoise.