Québec, le 24 novembre 2011
Régis premier
Des économies sous de faux prétextes

Le gouvernement provincial vient de donner raison une fois de plus au maire de Québec Régis Labeaume en acceptant sa demande de modifier la loi sur les élections et référendums et permettant ainsi de diminuer le nombre d’élus lors des prochaines élections municipales passant de 27 à 21 conseillers.

Ce n’est pas l’économie de $600 000 qui amènera l’austérité dans les somptueuses dépenses que le maire effectue régulièrement. En effet d’un seul coût de baguette magique et sans planification il vient de donner cinq millions de dollars de nos taxes pour l’agrandissement du musée des beaux-arts. À l’origine les dépenses d’agrandissement devaient être assumées par les paliers de gouvernements fédéral, provincial et le privé.

Je suis d’avis que les citoyens de Québec sont démocratiquement perdants avec la diminution du nombre de conseillers qui les représentent dans toutes les instances municipales. Toutefois le maire est le grand gagnant car il a de nouveau réussi à atteindre ses objectifs dans la contrainte et l’arrogance.

Je ne sais pas pourquoi mais lorsque le maire annonce un investissement j’ai toujours l’impression que l’argent vient de ses propres deniers et non de la ville à même nos taxes.