22 juin 2015

Des coupures insensées

Dans sa vague d’austérité le gouvernement libéral de Philippe Couillard a exigé aux commissions scolaires des coupures de près de 400 millions de $ pour 2015-2016. Au lieu de couper dans le gras elles feront des coupures d’effectifs en éliminant des postes de psychologues, bibliothécaires, orthophonistes ou conseillers en orientation.

Une société qui se respecte est celle qui a à cœur la formation de sa relève et met tout en œuvre pour y parvenir. On ne peut pas faire d’économie sur la tête des élèves, et encore moins sur la tête des élèves en difficulté. Ou s’en va le gouvernement libéral avec ses coupures car après l’ex-ministre Yves Bolduc qui avait dit que les jeunes ne mourraient pas d’avoir moins de livres dans les écoles, maintenant on a un nouveau ministre qui nous dit que les Québécois sont capables d’en prendre et ne sont pas faits en chocolat. Est-ce qu’il parle des élèves en difficulté ou handicapés?

Pourquoi ne pas faire le ménage dans l’administration qui roule dans le gras. On apprenait récemment qu’une sous-ministre adjoint à l’Éducation dont le lieu de travail officiel se situe à Québec touche une allocation de séjour à Québec de 1225 $ par mois, non imposable.

Comment y en a-t-il de cas semblable?