Québec le 17 novembre, 2000

Démocratie
municipale

Je lisais dans le soleil du 17 novembre, un article de Robert Fleury concernant le droit de parole demandée par les maires récalcitrants à la réforme municipale. Après avoir boudé le comité Lapointe voilà que ces maires supplient le gouvernement de les entendre maintenant.

Dans le même journal, on pouvait lire un autre article de Guy Benjamin sur le manque de démocratie dont les maires se plaignent. C’est quoi la démocratie pour ces maires et mairesses, c’est se faire élire sans opposition ou avec une participation de moins de 40% de la population. C’est allez au conseil de Ville pour voir ces maires et échevins bien assis aux creux d’un fauteuil capitonné devant les 10 ou 15 citoyens qui ont bien voulu se déplacer, et qui sont eux ou elles assis sur des chaises inconfortables se faire dire.

C’est quoi la démocratie, c’est se faire dire au conseil de Ville pas de préambule posez votre question. Par contre leur réponse lorsqu’il en a une est constituée d’un long préambule qui empiète sur les 30 minutes de questions accordées au peuple.

Pour une vraie démocratie municipale, on repassera