Québec, le 30 juin 2008

Démocratie

À Jean-Jacques Samson

Je suis d’accord avec vos propos parut dans le journal de Québec du 30 juin concernant la fête du Canada et du fait qu’il faut respecter l’opinion de tous les citoyens et de toutes allégeances. Par contre je suis moins de votre avis lorsque vous mentionnez que l’option de la souveraineté a reculé au fil des ans. Je suis plutôt d’avis qu’elle a stagnée justement à cause de ceux qui veulent vraiment détruire le Canada et ce n’est pas le but du mouvement nationaliste.

Que l’on soi fédéraliste ou souverainiste les divergences politiques et humaines entre le Québec et le reste du Canada ont toujours existées et existeront toujours tant et aussi longtemps que les Québécois n’auront pas décidés de leur réel avenir avec une bonne participation et un résultat très clair.

D’ailleurs, le Chanoine Lionel Groulx écrivait en novembre 1949 :Le nationalisme n’est pas en soi une réaction artificielle. C’est la réaction vitale, naturelle, donc légitime, de tout peuple ou nation qui veut vivre selon les lois de son intériorité.

D’ailleurs une centaine d’années auparavant en 1834, Louis-Joseph Papineau avait fait un discours nationaliste bas canadien aux représentants de la chambre. Ce discours politique visait à procéder à des changements radicaux dans la façon unilatérale de diriger la colonie sous le régime britannique.