21 octobre 2012

De l’improvisation

Depuis l’élection du 4 septembre 2012, le gouvernement minoritaire de la première ministre du Québec Pauline Marois n’arrête pas de faire les manchettes pour ses annonces les plus impopulaires les unes que les autres. De ce fait les partis d’opposition accusent le gouvernement d’improvisation et d’annonces impromptues.

Une mesure n’attend pas l’autre impôt rétroactif, fermeture de Gentilly2, gaz de schistes, loi 101 dans les maternelles, diminution du financement des écoles privées, restriction de l’accès aux CEGEP anglophones et abolition des cours d’anglais au primaire. Certaines annonces ont soulevés l’ire d’une partie de la population ce qui a fait reculé le gouvernement dans certains dossiers.

Est-ce une stratégie ou de la pure improvisation? De toute façon lors de l’ouverture de la session à la fin d’octobre on saura réellement ou se branche ce gouvernement minoritaire.

La population est plus exigeante et en laisse moins passée car souvenons-nous de la réélection de Jean Charest en décembre 2008, il ne se doutait probablement pas qu’en moins de 12 mois l’insatisfaction à l’endroit du gouvernement libéral est passée de 58 à 78 %.