Québec 23 janvier 2011
gas de schistes 3
De la poudre aux yeux

Depuis son refus de tenir une enquête publique sur la corruption dans le monde de la construction, avec le dépôt du rapport Bastarache qui lui fait perdre de la crédibilité et son impopularité dans la population le premier ministre Jean Charest essai de gagner du temps et de sauver la face.

En effet après s’être montré très rassurant pendant plusieurs mois sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schistes et refusant un moratoire le premier ministre Charest et son ministre de l’Environnement Pierre Arcand tiennent un discours nettement plus critique envers l’industrie.

Toutefois ce n’est que de la poudre aux yeux et un changement de stratégie de communication car le dossier soulève de plus en plus la colère au sein de la population. D’ailleurs il est visible que le gouvernement cherche à protéger ou essayer d’encadrer cette industrie plutôt que d’aller vers un moratoire pour protéger le public et d’établir une politique claire et saine pour l’environnement.gas de schistes 2

Il va de soi que les intérêts financiers qui sont en jeu, de même que la proximité du gouvernement avec une industrie où on retrouve plusieurs ex-attachés politiques pèsera lourd dans la balance.

Pour ma part les problèmes de fuites récents nous démontre que l’industrie n’a pas le contrôle de la situation et fonctionne sans planification.