Québec, le 11 janvier 2011

David contre Goliath
images-2
Au lieu d’admettre les faits et d’empêcher les citoyens de Shannon de revivre leur calvaire qui perdure depuis plus de 50 ans l’armée canadienne et le procureur général du Canada veulent plutôt démontrer qu’aucun cancer n’est relié à la présence du trichloro-éthylène (TCE) dans la nappe phréatique.

Le trichloréthylène était contenu dans un solvant utilisé par la Défense nationale, à partir des années 1930, pour la fabrication de munitions et le nettoyage d’équipement militaire et aurait été utilisé au Centre de recherches de Valcartier.

Toutefois c’est David contre Goliath et la représentante du recours collectif intenté il y a dix ans l’infirmière Marie-Paule Spieser au nom de 3 500 requérants a vite mesuré le gouffre qui sépare la position des deux parties car l’un dit blanc et l’autre dit noir. De plus il est étonnant de constater que l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), au lieu d’aider les citoyens à se défendre, a commander des contre-expertises aux études déposées en cour par le regroupement des citoyens.
images
Ce calvaire des victimes durera au moins six mois et où défileront près d’une centaine de témoins, dont une vingtaine de témoins experts en médecine, hydrogéologie, toxicologie, chimistes, généticiens, biologistes, ingénieurs et autres.
L’argent de nos impôts devrait servir à autre chose que l’harcèlement de citoyens!