Québec, le 24 octobre 2010
Loi 101
Charest un usurpateur

À peine remis du débat sur les écoles passerelles au Québec et d’avoir fait adopter de force la loi 115 brimant la chartre de la langue française le premier ministre du Québec Jean Charest s’usurpe maintenant comme le défenseur de notre langue. En effet, sans cohérence avec ce qui vient de se passer au Québec, le premier ministre a livré un plaidoyer en faveur de la langue française au 13ième Sommet de la Francophonie de Montreux, en Suisse.

Sur le même élan d’usurpateur il souhaite tenir un nouveau forum international sur la langue française au Québec en 2012 et mentionne qu’il sera présent comme premier ministre pour lancer cette activité. Il ose déclarer que le combat en faveur la langue française reste une mission fondamentale et que tous les peuples francophones doivent se tenir et la protéger.

Comment peut il nous mentir en plein visage lorsque du revers de la main il rejette sous les pressions les principes premiers de la loi 101 adopté en 1977. D’ailleurs à ce niveau M. Charest a échoué là où Robert Bourassa s’était imposé. En effet Monsieur Bourassa en 1988 avait soutenu la loi 101 qui avait failli être démolie par la Cour suprême du Canada, qui l’avait déclarée illégale.

Si ce forum sur la langue française se réalise en 2012 il faut que ce soit un vrai défenseur de la langue française qui lance les débats soit un premier ministre, comme l’était René Levesque, qui ne parle pas des deux côtés de la bouche.