C’est pas ma faute

Dans la saga entourant la construction d’une centrale de police le maire de Québec a tenu à préciser les faits sans toutefois s’excuser ou faire un mea culpa. . Visiblement mal à l’aise et désemparé lors de la conférence de presse ou il devait s’expliquer le maire en a malheureusement rajouter en mentionnant qu’un maire ne peut assumer seule toutes les responsabilités. Pourtant tout le monde connait son style de gestion très centralisateur.

Rappelons-nous que le maire avait mis la faute du dépassement du coût de prêt de 50% à son bras droit vice-président du comité exécutif Jonatan Julien. Après ce blâme public de la part de son patron le conseiller Julien avait claqué la porte et a quitté équipe Labeaume pour sièger comme conseiller indépendant.

On savait que le maire Labeaume enguirlandait tous ceux et celles qui n’étaient pas d’accord avec lui, politiciens, hommes d’affaire, citoyens mais jamais il n’avait encore fait de sorti publique contre un de ses échevins .

Lors de sa démission publique le conseiller Julien avait mentionné que des conseillers lui avaient transmis des messages d’appuis. Que ferons ces conseillers pour l’appuyer maintenant?