Campagne rétrograde

La campagne électorale qui nous amènera à l’élection du 1ier octobre prochain ressemble étrangement aux élections des années 1950 ou Maurice Duplessis pour se faire élire donnait des bonbons à tout le monde. Les trois principaux partis qui se font la lutte en vue de cette élection d’octobre n’arrêtent pas de promettre des cadeaux pour essayer de plaire aux électeurs sans toutefois avoir d’enjeu majeur. Aucun parti politique ne nous offre un projet de société comme les élections précédentes mais chacun y va avec son petit gâteau sucré.

Il aura fallu un article dans le journal de Québec pour faire réagir les partis politique sur le décrochage scolaire. Ce n’est pas en donnant de $50 à $100 par enfants aux parents que le Québec va améliorer sa performance au niveau scolaire et réduire le décrochage.

Il faut que nos enfants évoluent dans un milieu scolaire attirant qui ressemble à leur vie de tous les jours. Pour y arriver il faut arrêter de faire des réformes sans objectif précis et donner aux éducateurs les moyens pour que l’école devienne un milieu convivial afin que nos jeunes se sentent attiré et intéressé.