Québec, le 23 mai 2011
Harper

Cadeau de Grecque

Stephen Harper vient de faire un cadeau de Grecque aux citoyens de la région de Québec qui ont voté contre la ministre Josée Verner lors de la dernière élection fédérale en la nommant au Sénat Canadien. Cette jeune députée vient d’être nommée dans l’organe le plus inutile du gouvernement canadien composé de 105 sénateurs. Tous perçoivent un salaire annuel d’environ 135 000 $ et contrairement à notre salaire, celui des sénateurs a presque doublé depuis 2000 (68 200 $). De plus, chacun d’entre eux a droit à une somme de 154 200 $ pour des dépenses du bureau et d’accueil, à une somme de 20 000 $ pour des frais de subsistance et à un budget de déplacement.

Si, au moins, ils contribuaient à enrichir la vie politique canadienne et québécoise mais ce n’est qu’une planque qui sert à remercier les amis du régime en place. De plus plusieurs sénateurs brillent par leurs absences et leur incompétence notoire en matière d’affaires publiques. Jacques Demers par exemple a tout simplement servi jusqu’ici à s’impliquer en campagne électorale pour les conservateurs lui qui se disait apolitique. Que dire maintenant de Pierre-Hugues Boisvenu qui mène peut-être un combat légitime, mais il sert surtout de propagandiste au régime Harper.

Que dire maintenant de l’ex sénateur Jean Lapointe qui a empoché près d’un million de dollars des contribuables depuis neuf ans et qui avait avoué ses absences répétées au sénat. De ce fait il déplore maintenant le temps perdu lors de certaines procédures et suggère, neuf ans trop tard, une réforme du sénat parce qu’il y a trop de pertes de temps.

Il ne faut pas oublier que Stephen Harper ancien membre fondateur du Parti réformiste devenu conservateur et premier ministre du Canada pour la première fois en 2006 avait promis de tenir des élections pour combler tout siège vacant au Sénat au cours de son mandat. Il avait également promis d’autres réformes, incluant des mandats de durée limitée pour les sénateurs et le 30 mai 2006 il avait présenté le projet de loi S-4 limitant à huit ans la durée du mandat d’un sénateur nouvellement nommé. Ce projet n’est pas encore adopté.

Dans la même lignée le nouveau chef d’opposition 2011 Jack Layton avait proposé en novembre 2007 de tenir un referendum sur l’abolition du Sénat et avait obtenu l’appui de Stephen Harper (Conservateur) et de Gilles Duceppe (Bloc) mais cette proposition ne s’est jamais concrétisée.

Il y a certainement des sénateurs qui ont de réelles compétences politiques, mais leur statut de non-élus les rend presqu’illégitimes. Il est difficile d’accepter que des décisions du Parlement dont les membres sont dûment élus soient annulées par le Sénat, un pouvoir dont il ne dispose d’ailleurs pas.