Québec 20 novembre 2007

C’est la faute de l’autre

La ministre des Transports Madame Julie Boulet maintient qu’elle n’a rien vu du comportement délinquant de son chauffeur lorsque la limousine qui la transportait a commis plusieurs infractions au code de la route et affecte ainsi le chauffeur à d’autres tâches. Encore là le fameux radotage des Québécois c’est la faute de l’autre. En effet c’est la faute de l’autre si la Province de Québec a un gros déficit, si les viaducs, les infrastructures routières en générales et le parc immobilier du Gouvernement sont dans un piteux états, le système hospitalier va mal, le système d’éducation tire de l’arrière et j’en passe.

Je suis d’accord avec l’article de Gilbert Lavoie parut dans le soleil du 20 novembre, il y a une ligne à ne pas franchir mais elle est située à quel endroit. En plus si je me fie au témoignage de l’ex chauffeur de ministre Monsieur Jacques Jobin parut dans le même journal, à la limite c’est la faute à la population qui a fait élire un gouvernement minoritaire et donné peu de députés ministrables au parti libéral de Jean Charest. Donc ce dernier a dû composer avec ça et alourdir les tâches de chaque ministre.

Pourquoi ne pas assumer ses erreurs et procéder aux des correctifs qui s’imposent la population est assez mature pour comprendre.