Fortement ébranlé par la dernière tuerie de masse survenue les 18 et 19 avril dernier en Nouvelle-Écosse qui a faite plus de 20 morts le gouvernement libéral de Justin Trudeau a finalement passé à l’acte et interdit, par décret, plus de 1500 modèles d’armes d’assault de type militaire au Canada.

Le Québec tout entier se rappelle également qu’il y a plus de 30 ans, un jour de fin de session comme les autres à l’École polytechnique de Montréal, tout avait basculé en fin d’après-midi intense pour les étudiants. Un homme de 25 ans était entré dans le local en tuant 14 femmes traumatisant entièrement le Québec.

Malgré ces exemples désastreux et inoubliables, la coalition canadienne pour le droit des armes à feu proteste et trouve cette règlementation radicale et catastrophique. Le porte parole du regroupement Tracey Wilson espère la réélection d’un gouvernement conservateur lors des prochaines élections fédérales qui pourrait abolir ce décret.

L’ex premier ministre Andrew Sheer, qui avait fait adopté la loi C19 abolissant le registre canadien en plus de détruire l’ensemble des données, accuse Trudeau de se faire du capital politique en cette période de pandémie.