Québec, le 6 février 2011
loi 101 b
Bafouer notre langue

Dans le cadre d’une entrevue à une station radio d’Halifax le député conservateur maxime Bernier a remis en question l’utilité d’une loi pour protéger la langue française au Québec. Ce pilier du Gouvernement Harper a ajouté, dans son échappée oratoire, que Québec n’avait pas besoin de la loi 101 pour protéger la langue française.

C’est ce ministre limogé que l’on envoi comme ambassadeur du gouvernement Harper pour parler d’unité et de convaincre le reste du Canada que le Québec est un peu différent. Suite à ces propos le gouvernement du Québec, par sa ministre responsable de la Charte de la langue française Christine St-Pierre, a répondu du bout des lèvres que son gouvernement était en désaccord avec la position du député conservateur.

À mon avis c’est irresponsable de dire des choses comme celles-là car c’est en protégeant sa langue et son identité qu’on va continuer à faire avancer le Québec. La loi 101 fut adoptée à l’Assemblée nationale le 26 août 1977 et c’est l’ex ministre du parti Québécois Camille Laurin qui avait rédigé le contenu de la loi. D’ailleurs elle survenait après la loi sur la langue officielle (la Loi 22), votée par le gouvernement Bourassa en juillet 1974 et qui avait été fortement contestée.Camille Laurin