Québec le 1er mars 2002

Autres temps
Autres moeurs

Je lisais dans le soleil du 1ier mars, un article de Robert Fleury concernant la desserte du secteur Gaudarville par la société de transport de la communauté urbaine de Québec et les propos de son président actuel Paul Shoiry.

Après les André Forgues, Claude Larose et Claude Cantin voici que c’est maintenant au tour de Paul Shoiry de goûter à la difficile tâche d’essayer de plaire à tout le monde, et d’être efficace et efficient dans les décisions.

Après avoir décrié, et longuement critiqué avec sa Consœur maîresse de la ville voisine le service offert par la STCUQ ainsi que les quotes-parts des villes utilisant les services, voilà que l’ex maire et actuel président affirme qu’il est impensable pour le moment de desservir le secteur Gaudarville. Le président affirme, comme ses prédécesseurs qu’il n’y a aucune marge de manœuvre dans le budget pour augmenter la desserte de ces secteurs ouest.

Je suis d’avis qu’avoir investi autant dans ce secteur était une erreur de planification et un manque de jugement car les développeurs connaissaient la problématique de la desserte par le transport en commun.

Il faudrait donc que la STCUQ prépare un plan d’amélioration globale du service et ce n’est pas pour demain car cela implique également la participation des syndicats et ce n’est pas de tout repos.