Québec, le 23 janvier 2007

Au-delà du sketch
(En réponse à l’article de Denis Lessard parut dans la presse du 22 janvier concernant André Boisclair et intitulé Boisclair inquiète ses troupes)

Monsieur Lessard vous faites une analyse draconienne, systémique, systématique mais comment retardée du chef du Parti Québécois André Boisclair. Il va de soi qu’il ne fait pas l’unanimité des troupes mais il rallie la majorité et son élection comme chef du parti l’a démontré. Monsieur Lessard nul n’est tenu à l’impossible et vos dires sans fondement à l’effet que les élus péquistes sont en déprime et que la victoire lors des prochaines élections est incertaine c’est de l’invention.

La victoire d’un parti qui veut le bien-être des citoyens du Québec, une prise en main de tous nos avoirs, nos biens et notre destinée ça c’est la réalité. Ce n’est pas le parti Québécois qui lors de la dernière élection voulait réinventer le Québec en promettant des baisses d’impôt pour tous et un bon milieu de vie. Le parti libéral et son chef ont plutôt brimé la population. Ce fut d’abord l’annonce des hausses des frais de garde d’enfants, coupure dans les subventions aux organismes, l’augmentation des tarifs d’Hydro Québec, l’augmentation du permis de conduire, décret pour les conditions de travail de ses employés, l’augmentation de l’assurance médicament, augmentation des taxes scolaires, d’une probable taxe cachée sur l’essence pour payer le plan vert, fermeture du jardin zoologique et que dire de ses milliards de promesse électorales faites en 2006

Comme tous les journalistes en vide de sensation, vous faite référence à la parodie de Brokeback Mountain dont Monsieur Boisclair s’est naïvement, joyeusement associé et vous en faite part comme une odieuse participation. Qu’avez-vous dans votre placard pour juger ainsi les autres?

Lorsque Monsieur Boisclair fait mention souvent que c’est sa job de résister aux pressions c’est justement pour essayer d’éviter les pièges malsains dont vous en êtes l’odieux dépositaire. Contrairement à ce que vous énoncez, c’est un travailleur d’équipe qui sait se rallier à la majorité mais il faut reconnaître que l’on doit le convaincre et c’est la partie communication.

Monsieur Lessard vous sortez des vieux clichés de la vieille garde et le parti se rajeunit tout en conservant l’expérience.