Québec, le 4 juin 2010

Arrêtez-moi si vous le pouvez
arrete-moi
De l’engagement de Clotaire Rapaille fait à la cachette à la vente unilatérale des tableaux de l’ex-mairesse de Ste-Foy on peut dire qu’il ne sera pas facile d’arrêter le maire de Québec Régis Labeaume avec sa majorité absolue, son carnet de chèque et notre argent. D’une piste cyclable reliant l’université Laval à la colline parlementaire, projet mort dans l’œuf, en passant par la candidature de Québec aux jeux olympiques de 2022 on ne peut pas dire qu’il manque d’idée sur les projets coûteux.

En effet plusieurs projets cogitent dans la tête de ce petit bonhomme, qu’il suffise de mentionner l’investissement déjà réalisé de plus de 10 millions de dollars pour le moulin à image et le cirque du soleil. Il ne faut pas oublier la construction d’un nouveau colisée, la venue d’une équipe de la ligne nationale de hockey, le projet de moratoire sur le développement domiciliaire dans la couronne de Québec lié au super développement de la colline parlementaire dont un contrat de 1,2 millions a été octroyé pour des maquettes. Sur cette même lancée le projet de la cité verte de près d’un milliards de dollars dans le secteur d’Estimauville, le super tramway liant la rive sud à la rive nord et son développement d’Est en Ouest dans la ville de Québec.

On peut dire que les voyages forment la jeunesse mais jusqu’à quel point on peut importer les meilleures idées de partout dans le monde. Sur une lancée de grandeur et idéologique à l’image de l’ancien maire de Montréal Jean Drapeau les citoyens de Québec paieront longtemps ces factures si tout se concrétise.