L’avioneur Airbus avait pris, en 2018, le contrôle du programme C Series de Bombardier et qu’il l’a depuis rebaptisé A220. La compagnie française détient 50,01% de ce qui s’appelait avant C Series, Bombardier et Investissement Québec ont conservés respectivement 34% et 16% du programme. En déficit de plusieurs milliards de $ Airbus demande à Bombardier de réinvestir dans la production des A220. En raison de sa situation financière précaire, Bombardier a exclu toute contribution.

Souvenons-nous que pour sauver de la faillite le fleuron Québécois Bombardier qui s’était avanturer dans la CSeries le gouvernement Couillard avait investi 1,3 milliard $ en 2015 sans aucune justification ni modalité. Ce qui est scandaleux, c’est que ces mêmes dirigeants qui ont mal gérés l’entreprise en l’amenant à la faillite se sont voté des augmentations salariales dépassant l’imagination humaine.

Bien que le gouvernement du Québec lui ait gracieusement cédé le contrôle de la C Series, Airbus souhaite maintenant que Québec réinvestisse des millions de $ dans le maintien de la production de ce canard boiteux.

Il faut fermer la valve car Airbus n’a rien investi dans l’aventure.