Appelez-moi Lise

Une figure prédominante du droit et de la cause des femmes nous a malheureusement quittés. La mère du Québec moderne, la femme d’exception celle qui a pavé la voie au féministe Lise Payette a rendu l’âme à 87 ans.

Personnellement je la connais davantage comme politicienne celle qui a fait partie de l’équipe du tonnerre de René Levesque. Élue pour la première fois le 15 novembre 1976 comme députée de Dorion elle accéda au conseil des ministres comme ministre des consommateurs, coopératives et institutions financières. Seule femme autour de la table le premier ministre lui confie la tâche de ministre d’état à la condition féminine. C’est dans ce rôle qu’elle étend l’accès aux garderies, supervise une réforme de la famille et réussi à faire financer les centres d’aide aux femmes victimes de violence.

Cette femme d’audace et détermination voulait réveiller le monde et, en mettant souvent les poings sur la table à sa façon, elle a réussi à faire tomber des barrières.

Je me souviens d’une de ses phrases favorites qu’elle envoyait aux hommes qui n’étaient pas d’accord avec ses prises de position féministes : si les hommes veulent que je change mon opinion sur eux ils n’ont qu’à changer pour le mieux.