Québec, le 20 Octobre 2011

Amèrement déçu

Suite aux pressions populaires et politiques qui devenaient insupportables le gouvernement libéral de Jean Charest a annoncé la constitution d’une commission d’enquête sur la collusion et la corruption dans l’industrie de la construction. Je suis amèrement déçu car, fidèle à lui-même, Jean Charest a plutôt créé une commission d’enquête vide de sens qui siégera en public et à huis clos au cours duquel les témoins ne seront pas contraint d’y participer. C’est de la poudre aux yeux qui coûtera des millions de dollars.

Il faut se rappeler que le récent rapport Duchesneau concluait que le ministère des Transports était impuissant face à la collusion, que le crime organisé et les entreprises de construction étaient responsables des coûts élevés payés par l’État pour ses projets d’infrastructures. Il spécifiait qu’une partie du magot était ensuite transférée vers les caisses électorales des partis politiques.
monayer-3
Le premier ministre explique son choix en faisant jouer sa cassette à l’effet qu’il ne veut pas nuire aux enquêtes en cours et des preuves accumulées par l’UPAC. Depuis la création de cette escouade combien y a-t-il eu d’arrestations mis à part l’ex-ministre libéral Tony Tomassi accusé de fraude contre le gouvernement et d’abus de confiance mais non lié à la construction.

Il est bizarre que cette annonce arrive quelques jours avant le congrès libéral et que la grogne était rendu au sein même des libéraux.