Québec, le 9 janvier 2009

Anguille sous roche

Dans ce tsunami financier, la plupart des épargnants du Québec ayant des bons d’épargne ont appris par leur courtier respectif que leur avoir avait fondu comme neige au soleil. De plus tout dernièrement les dirigeants du fonds des Travailleurs du Québec (FTQ) apprenaient à leur détenteur d’actions que les pertes seraient au delà de 15%. Qu’en est-il de notre bas de laine géré par la caisse de dépôt et placement du Québec (Caisse).

Il y a anguille sous roche car lors de la dernière élection le premier ministre du Québec Monsieur Jean Charest a nourrit la suspicion en ne voulant pas rendre public le bilan de la Caisse. Encore aujourd’hui il renie certains principes de la loi créant la Caisse en 1965 soit une gestion active (article 1) et une gestion ouverte (article3). En surplus de cet imbroglio deux présidents ont démissionnés en 10 mois et la ministre responsable Nathalie Normandeau nomme un intérim pour 6 mois Monsieur Fernand Perrault qui, selon la loi doit être une personne indépendante.

La caisse qui gère plus de 3 000 entreprises et des actifs nets de plus de 250 milliards de dollars doit faire preuve, comme mentionné dans son plan stratégique, de transparence et avoir une communication claire avec ses clients appelés déposants. Cette transparence de la Caisse dans son rôle de gestionnaire de fonds, est la volonté de rendre compte fidèlement et régulièrement des pratiques suivies, des objectifs visés et des résultats obtenus mais l’avons-nous?

Je suis d’avis que la population et ses élus doivent connaître le fin mot de l’histoire et ce dès maintenant et que le dirigeant de la caisse doit être nommé le plus rapidement possible non politiquement.